Une commune valaisanne dézone drastiquement

Jeudi, 2 avril 2015

Le canton du Valais est en train d’adapter son plan directeur cantonal aux exigences de la LAT révisée. La commune de Nendaz,  précurseur, dézone d’ores et déjà une importante partie de sa zone à bâtir. Les citoyen-ne-s de Nendaz ont approuvé ce dézonage à 80%. Contre l’adoption du nouveau plan d’affectation, il y a toutefois eu 200 oppositions, une partie de celles-ci émanant de propriétaires n’étant pas domiciliés dans la commune.

La commune valaisanne de Nendaz réduit sa zone à bâtir de 640 ha à 500 ha. L’assemblée primaire extraordinaire du 26 mars a plébiscité le nouveau plan d’affectation réduisant de 140 ha la zone à bâtir par 80% des voix. Près de 800 personnes avaient fait le déplacement, elles représentaient 17,5 % de la population.

Après ce vote, qu’on peut désigner comme historique, le dossier ira au Conseil d’Etat qui devra traiter les recours et homologuer le plan. Le nouveau plan remplace un plan d’affectation datant de 1981 qui selon le président de la commune, Francis Dumas, était « démesuré ».

Ce plébiscite s’explique, entre autres, par l’acceptation de l’initiative Weber et le besoin plus faible en terrain pour les résidences secondaires, par le fait que le canton allait devoir agir à la place de la commune si celle-ci n’adaptait pas son plan et aussi par le fait qu’un accord entre Télé-Nendaz  et le WWF était intervenu peu avant concernant l’enneigement artificiel de Prarion  et qui était conditionné à l’adoption du nouveau plan.

Même s’il faut considérer le dézonage impressionnant à l’aune du surdimensionnement exceptionnel de la zone à bâtir auparavant, il n’en reste pas moins que la commune a agi dans le sens de la LAT révisée, alors même que les votants du canton du Valais s’y était fortement opposé. L’action de la commune de Nendaz peut aussi encourager d’autres communes à prendre les devants pour adapter leur zone à bâtir aux réels besoins dans les 15 ans à venir.