Un logiciel d’aide au dézonage

Jeudi, 18 mai 2017

La HES-SO Valais a développé un instrument qui aide à réduire les zones à bâtir surdimensionnées. Elle entend ainsi aider les communes à identifier les secteurs les plus propices au dézonage. Ce procédé a déjà été appliqué avec succès à deux communes. Le canton du Valais est en effet confronté à un défi de taille: ses communes doivent dézoner au moins 1'100 hectares afin de répondre aux exigences légales de la Confédération.

La loi révisée sur l’aménagement du territoire LAT exhorte les cantons à réduire leurs zones à bâtir surdimensionnées. Afin de leur prêter main forte dans cette tâche délicate, la HES-SO a développé un «service opérationnel d’aide au dézonage des parcelles» (cf. informations ci-dessous).

Ce procédé a déjà été appliqué avec succès aux communes d’Evolène (M. Damien Métrailler, président) et d’Ayent (Alexandre Blanc, géomètre). Une démarche est en cours dans la commune d’Arbaz (M. Vincent Rebstein, président).

L’approche de la HES-SO repose sur trois étapes: tout d’abord, les critères pertinents influençant le potentiel de dézonage doivent être définis par les responsables politiques et/ou techniques des communes. Ensuite, il convient de pondérer le poids de ces facteurs dans l’ensemble pour, finalement, réaliser des cartes des zones les plus propices au dézonage.   

En Valais, une centaine de communes (sur 134) doivent réduire leur zone à bâtir, car elles disposent de réserves en terrains constructibles pour plus de trente ans. Selon le projet du plan directeur cantonal, au moins 1'100 hectares de terrain à bâtir doivent être dézonés.

Les Valaisans doivent se prononcer sur la LcAT

Le 21 mai prochain, le peuple valaisan se prononcera sur la modification de la loi d’application de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LcAT). Le canton suit son propre chemin afin de stopper le mitage du paysage. Concrètement, il introduit le concept de périmètre d’urbanisation, qui permet de dimensionner les zones à bâtir en fonction des besoins à 30 ans, au lieu des 15 ans exigés par la LAT (pour en savoir plus, cliquer ici - article en allemand).

Si le peuple valaisan vote en faveur de la loi cantonale sur l’aménagement du territoire, le plan directeur cantonal pourrait être adopté dans un délai raisonnable; la stratégie d’urbanisation proposée par le canton pourrait être mise en œuvre et, partant, les dézonages limités à 1'100 hectares.