Places d’atterrissage en montagne limitées à 40

Jeudi, 29 octobre 2015

Le Conseil fédéral a accepté le nouveau concept des places d’atterrissage en montagne ainsi que la modification de l’ordonnance sur l’infrastructure aéronautique (OSIA). En Suisse, le nombre maximal de places d’atterrissage en montagne est ainsi limité à 40. Les places d’atterrissage de Rosenegg-West et de Gumm dans le canton de Berne ont été supprimées.

En mai 2014, le Conseil fédéral avait déjà décidé d’interrompre le réexamen des sites en cours depuis plus de dix ans en raison de divergences insurmontables et d’en réduire le nombre à 40. Il s’agissait ensuite d’introduire ce nombre dans l’ordonnance OSIA, de modifier le concept des places d’atterrissage en montagne et de proposer la suppression des places de Rosengegg-West et de Gumm. Une consultation a été ouverte dans ce sens au début de l’année 2015 (cf. notre news à ce sujet).

La consultation a révélé une certaine rigidité de la part des différents groupes d’intérêts concernés, c’est-à-dire la protection de la nature, du paysage et de la faune d’un côté, et les représentants du transport par hélicoptère, du tourisme et des régions de montagne de l’autre (cf. rapport d’examen Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique PSIA, Partie III B6a – Places d’atterrissage en montagne). Les associations environnementales et le Club alpin suisse ont critiqué l’interruption de l’examen des PSIA-PAM, exigeant chaque place d’atterrissage soit examinée du point de vue des besoins et des autres possibilités d’emplacement. Ils ont demandé que d’autres PAM situées dans des zones protégées (IFP, réserves de chasse et de tranquillité pour la faune) soient également supprimées ou que des restrictions quant à la fréquence des vols soient instaurées.       

Pour les entreprises de transport par hélicoptère, la réduction des places d'atterrissage en montagne à 40 prétérite la formation des pilotes. Le Groupement suisse pour les régions de montagne SAB préconise que la limite supérieure à 48 PAM soit maintenue, eu égard à l’importance de ces dernières pour les régions de montagne. Quant à l’Union suisse des arts et métiers, elle a qualifié le nouveau concept de «sanction» pour les régions de montagne.

C’est dans ce contexte controversé que le Conseil fédéral a pris la décision de réduire le nombre de PAM à 40. Comme il l’explique dans son communiqué de presse, «ce choix résulte d’une pesée des intérêts, entre les objectifs de protection de la nature, du paysage et de la faune sauvage et ceux liés à l’instruction et au maintien des aptitudes aéronautiques des pilotes. »

Les places d’atterrissage de Rosenegg-West et de Gumm qui ont été supprimées sont situées dans une région inscrite à l’Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale (IFP). D’autres PAM se situent également dans des zones protégées.

La liste des places d’atterrissage en montagne ainsi qu’une carte et de plus amples informations sont disponibles sur le site de l’OFAC.